www.amma-france.org Mata Amritanandamayi - ETW-France
 
 
     
 
  Retour  la page d'accueilMises à jourLiens favorisCalendrier
 
le
MA GRAND-MERE JAPONAISE

par Meera Venkatesh

Tout le monde sait que les Japonais travaillent énormément. Le plus souvent, c’est tout ce que les gens savent à leur sujet. Le Japon ne serait pas au stade où il en est aujourd’hui sans la diligence de son peuple.

J’ai eu la chance de servir à la cuisine au cours des programmes d’Amma à Tokyo et Kobe cette année. Au départ j’ai hésité à travailler à la cuisine, car je souffre de certains maux et douleurs chroniques. Cependant, j'ai rassemblé courage et enthousiasme et j'ai plongé dans mon seva.

La cuisine à Tokyo se trouvait dans un temple bouddhiste. Quand je suis entrée, j'ai remarqué des bénévoles originaires du monde entier travaillant aux côtés des bénévoles japonais. L’atmosphère était chargée des bruits des gens affairés qui réclamaient des choses, des rires, et des marmites, casseroles et poêles sous l’eau qui coulait. Alors que je parcourais la cuisine du regard, je remarquais cette petite dame japonaise de 80 ans qui faisait la vaisselle. Je m’étonnais de l’ énergie qu’elle déployait et je ne pouvais la quitter des yeux. Elle portait des récipients remplis de légumes et retournait à la plonge lorsqu’elle s'aperçut que l’un d’entre nous s’y rendait. J'en ai profité pour discuter avec elle et j’ai appris qu’elle vivait avec ses deux fils et qu’elle gagnait toujours son pain quotidien. Elle était plutôt gênée de me révéler la nature de son activité.

A mesure que la journée passait, la fatigue se faisait sentir parmi nous tous, les bruits de vaisselle et les rires diminuaient. Soudain, notre grand-mère bien-aimée se mit joyeusement à chanter un cantique. Bientôt chacun d’entre nous se joignit à elle pour répéter ces paroles. L’ambiance redevint complètement festive en un rien de temps. Durant tout ce temps, je me suis sentie comme stimulée par cette femme incroyable. Quelque chose d'elle m'a profondément touchée.

On annonça la pause de l’après-midi et tous les bénévoles, qui avaient hâte d’en finir avec leurs tâches, se retirèrent pour se reposer dans un coin. Mais notre grand-mère bien-aimée me surprit à nouveau. Elle apprenait le yoga avec un groupe de jeunes femmes qui faisaient quelques étirements non loin de là. A la fin de la pause, elle reprit le travail dans la cuisine en m’adressant un sourire chaleureux.

A la surprise de la plupart d'entre nous « Mamie », comme nous avions commencé à l’appeler tendrement, se rendit à la prochaine étape de la tournée d’Amma au Japon. Oui, elle était bien là, à Kobe, de nouveau au travail !

Nous lui avons vivement conseillé de se rendre auprès d’Amma pour recevoir une étreinte et faire une pause dans son travail. Elle refusa avec douceur disant qu’elle voulait d’abord servir Amma. Avec une salutation japonaise et le sourire, elle entra promptement en cuisine, radieuse, en portant des marmites d’oignons.

Les bénévoles de la cuisine exécutèrent une danse pour Amma au cours du darshan. Mamie se joignit à eux en se balançant gracieusement et joyeusement. Elle me fit sourire, oublieuse de mes maux et douleurs, et de l’inconfort de la cuisine humide.
Je suis certaine qu’elle va me manquer énormément, mais je me souviendrai toujours de son humeur joyeuse, avec gratitude.

- Meera

Accueil Haut de page Mises à Jour du site

Mata Amritanandamayi - ETW-France